Alliance Franco-Russe
A+ A A-
  • Écrit par Antoine
  • Catégorie : adolescents

Comment un enfant ou un adolescent peut apprendre à coder : conseils et ressources utiles pour les jeunes codeurs

Tout d'abord, vous devez déterminer les intérêts du futur développeur - les étapes suivantes en dépendent.

Nous vous indiquerons dans l'ordre, où commencer à étudier, comment choisir les manuels scolaires et ce qui vous aidera à rester motivé.

Décider de l'objectif


Avant de chercher des leçons avec la rubrique "Programmation pour les enfants", il est important que les parents découvrent ce que leur enfant veut faire. Le plus souvent, les enfants rêvent de créer des jeux, mais il y a des adolescents qui sont fanatiques des sites web cool, des robots ou des services de Google.

En fonction de l'objectif, on choisit le bon langage de programmation. Parmi des milliers de noms, une cinquantaine sont aujourd'hui demandés. Certaines langues sont adaptées à certaines tâches, tandis que d'autres sont universelles. Par exemple, Swift est utilisé pour créer des applications iOS, tandis que Python est utilisé pour développer des jeux et de l'intelligence artificielle.

Pour recueillir des recommandations, j'ai interrogé 70 enseignants de notre école - des ingénieurs diplômés et des employés d'entreprises internationales. Python et JavaScript se sont révélés être les plus populaires, les plus polyvalents et les plus faciles à apprendre. Grâce à la première, nous avons mis à jour World of Tanks et YouTube, tandis que la seconde nous a donné Netflix et Am Nyam de Cut the Rope. Ce ne sera pas une erreur si l'adolescent décide consciemment d'apprendre Java, C ou C++, mais ils sont plus exigeants pour l'élève et difficiles à maîtriser. Je recommande de les commencer après avoir acquis des connaissances de base dans des langues intuitives.

Les enfants de moins de 11 ans sont souvent encouragés à commencer à coder avec Scratch. L'interface interactive et la maîtrise de la simplicité visent avant tout à intéresser un enfant au monde de la programmation, mais pas à en faire un spécialiste. Seuls des projets simples sont créés dans Scratch - petits jeux et animation. Cependant, c'est un bon point de départ pour ensuite passer à la maîtrise de Python et de JavaScript.

Apprendre l'anglais


Si un adolescent s'assied sur YouTube ou Twitch et traîne à Dota 2, il a probablement déjà une compréhension de base de l'anglais. Le fait de se connecter avec des joueurs internationaux en ligne et de regarder des vidéos d'utilisateurs étrangers les motive à apprendre plus que le simple fait d'obtenir un "A" dans leur bulletin scolaire. Ne soyez pas surpris : les jeux en ligne sont un excellent complément aux cours d'anglais à l'école. Les parents peuvent profiter du moment et proposer à leur enfant des cours avec un tuteur, un service linguistique ou un bon manuel scolaire.

Le fait de ne pas connaître la langue est un obstacle sérieux à l'apprentissage de la programmation. Des mots et des abréviations anglais sont utilisés dans le code, et de nombreux services utiles, tutoriels et didacticiels vidéo ne sont pas traduits en français.

Heureusement, une connaissance de base de l'anglais suffit amplement. La grammaire et les règles de ponctuation dans la programmation sont propres à chacun, l'essentiel est donc de comprendre le sens général tout en lisant. À l'avenir, la connaissance de l'anglais aidera à obtenir un emploi dans une entreprise internationale.

Trouver un mentor


Comprendre les bases d'un langage de programmation est aussi facile qu'apprendre l'anglais de base. Et peu importe ce qui est plus facile pour les écoliers : l'informatique ou la littérature.

Une autre chose est de devenir un spécialiste à part entière.

Compte tenu de son âge, de ses loisirs et de ses cours, une étude indépendante des algorithmes et des outils n'est pas une tâche facile, même pour un adolescent ambitieux.

Il est facile de dresser une liste de ressources pour l'auto-éducation et d'espérer que votre adolescent sera diligent. En fait, la plupart d'entre eux conserveront les liens vers les signets et les oublieront. Malheureusement, la quantité infinie de contenus gratuits a fait que les gens tergiversent : tout ce qui est utile et gratuit est remis à plus tard. Selon les statistiques, seuls 3 à 5 % des cours en ligne ouverts en masse par les étudiants les terminent.

Autre point important : pendant l'étude, il y a toujours des questions : pourquoi le code donne une erreur, quel manuel choisir, que faut-il étudier ensuite. Dans l'énorme volume d'informations sur le Web, l'enfant peut facilement se tromper.

Pour vous aider, venez en aide aux écoles et aux enseignants privés. Les deux options donnent aux étudiants ce qu'il y a de plus important : un programme éducatif bien pensé et un soutien de la part d'un mentor. Les écoles privées sont plus coûteuses, mais elles offrent un programme d'études éprouvé, un travail en collaboration et divers services. Les parents peuvent également trouver un tuteur privé : les cours avec un étudiant de l'université technique ou un programmeur junior accéléreront sensiblement le rythme d'apprentissage. L'enseignant deviendra un guide, pointant dans la bonne direction dans la recherche de la connaissance. Et surtout, l'enfant ne perdra pas la motivation de continuer à apprendre.

Utiliser des ressources utiles


Vous n'avez pas besoin de programmes coûteux et "lourds" pour commencer à écrire du code. Certains développeurs utilisent Sublime Text. Il s'agit d'un éditeur de texte pratique qui prend en charge de nombreux plugins. Il existe une version gratuite. Plus tard, vous pourrez choisir un outil adapté à vos besoins ; il existe de nombreuses analogies : du Notepad++ et Visual Studio Code au Notepad standard.

Nous recommandons également des livres, des canaux et des cours dont la qualité a été prouvée par l'expérience personnelle.

Manuels


Avant d'acheter des livres, faites attention à la date de parution. Bien que les concepts de base soient inchangés, les langages de programmation sont constamment mis à jour. Choisissez des manuels scolaires plus récents et recherchez les dernières versions linguistiques sur Internet, sur des sites spécialisés ou en effectuant une recherche sur un moteur de recherche.

1. "Scratch 3 pour les jeunes programmeurs", Denis Golikov
Il est plus facile pour les enfants de moins de 12 ans de commencer à coder avec l'aide de Scratch. Le tutoriel coloré et clair de Golikov est un excellent guide pour créer vos premiers jeux et animations.

2. "HTML et CSS. Développement et conception du site web", John Duckett
Il est plus facile pour un adolescent de commencer à programmer avec du HTML et du CSS. Bien qu'il ne s'agisse pas de langages de programmation, l'apprentissage du balisage vous aidera à comprendre la structure des sites web et facilitera la maîtrise de Python et JavaScript par la suite. Le tutoriel de John Duckett est rempli d'exemples clairs et d'illustrations pratiques.

3. "Python pour les enfants. Un guide d'autoformation à la programmation", Jason Briggs
Un magnifique tutoriel illustré avec des exercices pratiques. De nombreuses écoles et des éducateurs privés travaillent sur le programme de Briggs.

4. "Apprendre la programmation JavaScript", Eric Freeman, Elizabeth Robson
La présentation simple et la structure claire ont permis à ce livre de se retrouver sur les étagères de nombreux programmateurs. Ne laissez pas l'impressionnant volume (600 pages !) faire fuir un enfant. Le livre est rempli d'illustrations, d'exemples et de graphiques, et le contenu couvre tout ce dont vous avez besoin pour commencer à développer en JavaScript.

 

Sites web


1. Code.org.
Cours interactifs gratuits dans le navigateur. Il s'agit d'un projet caritatif avec une section "Code Break" qui propose des mini-leçons, des tâches et des défis pour les étudiants de tout âge et de tout niveau de connaissances.

2. freeCodeCamp
Plus de 6 000 leçons gratuites. Malheureusement, ce service n'est disponible qu'en anglais.

3) Inventer avec Python
La bibliothèque gratuite d'Al Sweigart. Il y a des tutoriels sur les bases de Python et Scratch, la création de jeux, ainsi que des cours pratiques de vidéo. Les documents sont disponibles en anglais, mais certains des livres sont traduits en russe, vous pouvez les trouver grâce à un moteur de recherche.

4. CodeCombat
Les cours interactifs se sont concentrés sur Python et JavaScript, ainsi que sur les bases de l'informatique. La ludification rend l'apprentissage facile et amusant.

Cours


1. chaîne YouTube Sentdex
Plus de 1 000 vidéos sur le développement de Python, y compris la création de projets en temps réel.

2. Programmation en Python de l'Institut de Bioinformatique
Un cours gratuit sur la plateforme Stepik sur les bases du langage Python. Contient 28 leçons avec des travaux pratiques réalisés par des enseignants solides.

3. JavaScript - principes fondamentaux et fonctions
Un cours des développeurs de Yandex sur Coursera. Des conférences simples et compréhensibles sur le langage JavaScript. Des sessions pratiques et de formation pour aider les débutants à créer leurs premiers programmes et bibliothèques. Le cours est conçu pour 5 semaines avec un accès constant aux vidéos.

En conclusion, voici une liste de contrôle pour vous aider à démarrer :

Découvrez ce que veut votre enfant. La programmation couvre de nombreux domaines : de la création de jeux au développement de robots.


En fonction de l'objectif, choisissez un langage de programmation. Pour les adolescents, nous recommandons de commencer avec Python et JavaScript. Les enfants de moins de 11 ans peuvent s'essayer au Scratch, puis passer aux langues "adultes".


Parallèlement à l'étude de la programmation, resserrez l'anglais. Vous n'avez pas besoin de devenir un linguiste doté d'un niveau d'alphabétisation exceptionnel, mais comprendre les textes des manuels et des conférences dans une langue étrangère accélérera sensiblement votre apprentissage.


Choisissez une école privée ou un enseignant. Un mentor peut conseiller un jeune programmeur sur un manuel approprié, lui signaler ses erreurs et l'aider à acquérir des connaissances de manière autonome sans perdre sa motivation. À ce sujet je recommande H2Prog et l'algorithmique.


Choisissez une littérature plus récente. Tenez-vous au courant des dernières éditions et des langages de programmation.


Rejoignez une communauté. Apprendre en équipe est plus facile et plus amusant que de travailler "sur le canapé". Votre enfant sera plus motivé en partageant les résultats avec ses pairs.

 

  • Écrit par Antoine
  • Catégorie : adolescents

Comment enseigner la programmation aux adolescents ?

Ces derniers temps, de nombreux parents m'ont demandé comment j'avais appris à programmer, surtout pour savoir comment enseigner à leurs enfants. Et à chaque fois, je ne savais pas quoi leur répondre, car j'ai appris à programmer à un âge beaucoup plus avancé que les enfants de la plupart de ces parents. Mais, voulant aider, j'ai aussi commencé à chercher des ressources créées pour apprendre aux enfants comment programmer.


J'ai trouvé de nombreuses ressources pour enseigner la programmation aux élèves de l'école primaire. Par exemple, Scratch et Code Hour sur Code.org sont là pour aider un débutant à apprendre la programmation.


Sur ces plates-formes, les élèves écrivent des programmes simples : ils déplacent des créatures dessinées ou créent des jeux simples pour apprendre les bases mêmes de la programmation, comme les boucles et les conditions. Ce faisant, les élèves développeront également des compétences qui leur seront utiles à l'avenir pour résoudre divers problèmes. Le principal avantage de ces plates-formes est que le système communique avec l'apprenant. Cela permet de maintenir l'intérêt de l'enfant pour les leçons.


Cependant, l'enseignement des programmes aux adolescents de plus de 6 ans est différent. Selon cet article, plus de 95% des adolescents d'aujourd'hui ont un smartphone. Ainsi, les données visualisées sur Scratch et Code.org ne les surprennent plus. Au contraire, j'ai trouvé que les adolescents trouvent que cela a l'air enfantin et inintéressant.


Les adolescents veulent plutôt créer quelque chose de vraiment utile, quelque chose dont ils peuvent se vanter. Par exemple, pour écrire et exécuter une véritable application sur un iPhone, ou créer leur propre site web, ou encore pirater un réseau quelconque. Mais comment apprendre à un enfant dont les compétences se limitent à quelques exercices de Scratch à créer une application sur l'iPhone, afin qu'il ait suffisamment de motivation pour la terminer ?


Je veux partager mon expérience de l'enseignement de la programmation à 4 adolescents. Notre cours a duré 2 ans. Au début, chaque élève avait un niveau différent de compétences en programmation, d'attentes et de qualités personnelles. Par conséquent, pour rendre le cours intéressant pour chacun d'entre eux, j'ai dû essayer différents supports pédagogiques pour trouver ce qui les intéressait tous.


L'objectif principal de cet article est de partager mon expérience, car j'espère contribuer à ce que d'autres adolescents s'intéressent également à la programmation. 

 

Les adolescents ont de grandes attentes


J'ai appris que les adolescents absorbent les nouvelles connaissances comme une éponge. Si les adultes peuvent accepter le fait qu'ils ne comprennent pas quelque chose à la technologie moderne, il est vital pour les adolescents d'être cool et de comprendre toutes les tendances. J'ai remarqué que les adolescents utilisent généralement les dernières et meilleures applications avant même de faire les gros titres de TechCrunch ou de CNBC.
Ce sont mes étudiants qui m'ont montré un tas de ".io" et de jeux de quiz du QG. Il est important pour eux d'apprendre quelque chose de cool qu'ils peuvent partager avec leurs amis.
Leur première question en première classe était : "Pouvons-nous pirater des sites web et des applications ?
Je leur ai dit qu'ils devaient d'abord apprendre HTML et CSS pour comprendre comment pirater des sites web et je leur ai montré cela :


<!DOCTYPE HTML>
<html>
<head><title>Hello World!</title></head>
<corps><h1>Hello World!</h1></body>.
</html>


J'ai expliqué la signification de chaque balise et la façon dont elles seront affichées sur la page. J'ai chargé la page avec hello.html et toutes leurs attentes de voir une page web cool se sont envolées. Ils se sont vraiment ennuyés.
Cependant, je leur ai expliqué le HTML, le CSS et le JavaScript de base. Il m'a semblé qu'il serait plus intéressant pour eux d'apprendre le HTML, le CSS et le JavaScript ainsi que les techniques de création de sites web simples. J'ai eu tort.
Même après avoir créé plusieurs sites et les avoir fait fonctionner sur Firebase, ils n'ont cessé de dire qu'ils voulaient faire quelque chose de plus "réel", qu'ils pourraient montrer à leurs amis.

 

Il faut leur apprendre à faire quelque chose de vraiment utile


J'ai réalisé qu'il y a de nombreuses façons de créer quelque chose de réel, et qu'il ne s'agit pas du tout d'écrire des programmes avec une belle interface graphique, de leur enseigner des structures de données, etc.
J'ai décidé qu'il était préférable d'utiliser du matériel informatique pour que les étudiants puissent physiquement voir ce qu'ils programment. Mon choix s'est porté sur un Pi à la framboise et un Arduino.


Le Raspberry Pi est un ordinateur miniature sur lequel est installée une version spéciale de Linux et qui peut fonctionner avec la plupart des langages de programmation. Vous pouvez acheter une variété de périphériques qui peuvent être contrôlés par un logiciel que vous créez.
Arduino est plus complexe. Il s'agit d'une plate-forme matérielle à spécifications ouvertes et de nombreuses entreprises créent différents dispositifs, comme une voiture avec un système de contrôle automatique ou un robot à quatre pattes.

En utilisant un Raspberry Pi, nous avons construit une station météorologique qui détecte la température et la pression dans l'environnement et envoie ces données à une base de données sur les nuages. Les élèves ont ensuite pu voir les données météorologiques grâce à un graphique de mise à jour. Nous avons également créé des fonctionnalités simples dans le cadre de ce projet, comme le changement d'unités de température ou la détection des températures minimales, maximales et moyennes. Ces activités ont permis aux élèves d'apprendre des structures de données et des algorithmes simples tels que les flux et le tri.


Nous avons ensuite créé un véhicule avec un système de contrôle automatique basé sur Arduino. Chaque élève a écrit un programme qui permettait à la voiture de se déplacer et de détecter les obstacles. Nous avons ensuite construit un labyrinthe et j'ai attribué un prix à l'élève dont la voiture serait la première à sortir de ce labyrinthe.
Les étudiants ont librement discuté entre eux de la logique qui permettrait à la voiture de sortir plus rapidement du labyrinthe. Et ils ont trouvé très cool que la machine qu'ils ont construite mémorise instantanément l'algorithme qu'ils avaient écrit. Mais surtout, les étudiants ont vraiment apprécié car cette machine était réelle et tangible. 

Nous avons également fait quelques exercices pour comprendre les bases du piratage. Tout comme dans le LeetCode, où les participants sont aidés à résoudre des problèmes d'interview, il existe de nombreuses façons d'enseigner aux enfants les bases du piratage informatique. Par exemple, HackThis est un excellent site qui vous propose une série de défis que vous pouvez examiner et résoudre dans votre navigateur. Pour résoudre ce problème, vous devrez utiliser les outils de votre navigateur, tels que les outils de développement de Chrome, afin de trouver les vulnérabilités que vous pouvez exploiter pour accéder à votre système.
Les élèves ont vraiment apprécié ce travail car, après l'avoir terminé, ils sont allés sur de vrais sites web et ont essayé de trouver des failles qu'ils pourraient utiliser (je me suis assuré qu'ils ne faisaient rien d'illégal).
Lorsqu'ils seront mieux préparés et qu'ils auront appris les bases de Linux, j'ai l'intention de leur apprendre à pirater en utilisant Kali Linux. Je pense qu'ils apprécieront encore plus.


La concurrence comme outil d'apprentissage


Clash of Code pour commencer la journée.
Et enfin, la dernière chose que j'ai apprise : les adolescents aiment vraiment la compétition. Ils aiment les exercices après lesquels ils reçoivent immédiatement un retour d'information : ils annoncent un score, donnent des badges de réussite ou génèrent des tableaux de classement.


La meilleure plateforme qui motive les étudiants, à mon avis, est CodingGame. Les adolescents l'utilisent pour résoudre des problèmes de programmation et améliorer leur niveau. Il convient également de noter l'excellente composante visuelle des exercices, qui maintient l'intérêt des étudiants.


Nous avons également commencé la classe par un temps consacré au Clash of Code, une tâche de programmation rapide de 5 minutes au cours de laquelle les élèves ont rivalisé avec d'autres enfants en ligne. Et parfois, mes enfants devançaient des joueurs dont le niveau était plus élevé que le leur. Cela leur a donné un énorme coup de pouce pour commencer un autre cours de programmation.

Conclusion

 

L'enseignement de la programmation est très amusant et éducatif. Non seulement vous apprenez à enseigner aux autres, mais vous vous mettez aussi à leur place. Vous commencez à comprendre comment les autres personnes considèrent un problème et qu'il existe de nombreuses façons différentes de résoudre un problème. Vous apprenez également à expliquer les conditions du problème d'une manière qui rende la réflexion intéressante pour les élèves.
Merci d'avoir lu jusqu'au bout !

Pour des belles formations pour les jeunes  :

 

Apprendre le javascript

Cours développeur :

formation développeur web  

 

  • Écrit par Antoine
  • Catégorie : adolescents

Les adolescents et la technologie numérique

La culture de la communauté des jeunes est saturée de technologies numériques, et il est déjà impossible d'imaginer un adolescent en dehors des jeux informatiques, des réseaux sociaux, de la navigation sur Internet et des divers salons de discussion et forums.

Aujourd'hui, les familles avec des adolescents deviennent les plus avancées technologiquement, car ce sont eux qui savent comment utiliser correctement n'importe quelle technologie et qui gèrent le reste des membres de la famille pour améliorer leur connaissance des ressources électroniques et des technologies de l'information.

Les adolescents donnent le ton du progrès technologique en tant que principaux consommateurs de nouveautés. Ils passent la majeure partie de leur "temps informatique" à jouer à des jeux aux effets contradictoires. Les parents, les éducateurs et les psychologues sont préoccupés par l'impact des jeux vidéo, de la communication et de l'espace d'information sur Internet sur le développement intellectuel, émotionnel et communicatif des adolescents.

L'impact de la technologie numérique sur le développement cognitif des adolescents. Les données concernant l'impact des technologies numériques sur le développement mental des adolescents montrent des effets multidirectionnels : à la fois positifs et négatifs (figure 3.6). Les principaux changements concernent la perception et la pensée, la formation d'une concentration prédominante sur les canaux visuels d'information et le développement de la pensée dite "clip", qui présente un certain nombre d'avantages et de limites.


La réflexion sur les clips est principalement axée sur les informations visuelles, avec une grande vitesse de traitement des images visuelles et la formation de blocs d'informations épars, étroitement définis, qui ne sont pas liés à des relations de cause à effet.

Avantages et limites de la pensée de clique

Parmi les effets positifs de la technologie numérique sur la pensée et le développement cognitif en général, on peut citer la capacité à effectuer plusieurs tâches à la fois, la vitesse élevée des réactions cognitives et la capacité à se prémunir contre la surcharge d'informations. Dans une large mesure, la source fondamentale de stress (la surcharge d'informations) a été surmontée par les adolescents modernes. Parmi les réalisations positives, on peut également citer l'augmentation de l'intelligence non verbale, la concentration spécifique et l'augmentation de la capacité d'attention. Les adolescents qui ne consacrent qu'une partie de leur temps libre à l'informatique obtiennent des résultats scolaires du même ordre que les adolescents qui ne jouent pas, et parfois même plus. Bien sûr, si un adolescent passe 10 heures par jour devant un ordinateur, non seulement ses résultats scolaires, mais aussi sa santé somatique se détérioreront. Avec un penchant modéré pour l'informatique, le développement intellectuel des adolescents n'est pas affecté. Les jeux vidéo exigent une volonté d'explorer, d'essayer des comportements, ils se concentrent sur la pensée inductive, qui fait tant défaut dans l'apprentissage déductif scolaire.


Les jeux informatiques, selon des psychologues étrangers, contribuent également au développement de la pensée intuitive, de la capacité à trouver des solutions par essais et erreurs, de la capacité à interagir avec des informations dans une situation d'incertitude. Dans le contexte des changements continus de la société moderne, il y a de moins en moins de possibilités d'identifier des stratégies comportementales universelles ; les anciens points de référence disparaissent. Les adolescents apprennent à vivre dans un monde où ils doivent souvent agir au hasard, comme dans un jeu informatique, où l'on ne sait pas au début quelle stratégie apportera le succès, mais où les essais et erreurs actifs s'avèrent prometteurs.

Psychologie alternative

Les psychologues français, qui analysent le développement de la pensée des adolescents sous l'influence de l'interaction avec l'ordinateur, estiment que ces adolescents ont un avantage certain. La plasticité du cerveau en développement permet aux jeunes de former des schémas mentaux non seulement traditionnels, mais aussi originaux. La principale réalisation, cependant, est la disposition fondamentale à assimiler de nouveaux modèles cognitifs. Les adolescents qui utilisent activement les moteurs de recherche sont capables de passer l'information au crible, de l'analyser et de prendre des décisions plus rapidement que leurs camarades qui n'utilisent pas d'ordinateur. Les compétences de recherche d'informations nécessaires sous forme d'hypertexte permettent d'être prêt à considérer des points de vue divergents et des informations contradictoires, ce qui contribue à son tour à l'épanouissement personnel, à la formation d'une image multidimensionnelle du monde et à la résistance aux influences totalitaires. La maîtrise de l'ordinateur facilite la régulation des activités des adolescents par analogie avec l'efficacité et la précision des programmes informatiques, ce qui accroît l'indépendance et l'autonomie .


L'internet permet aux adolescents d'accéder à une grande variété d'informations qui sont souvent inaccessibles sous des formes conventionnelles. Par exemple, les informations relatives à la puberté sont extrêmement importantes pour un adolescent, et la disponibilité de données honnêtes et impartiales est limitée. La plupart des parents ne sont pas prêts à discuter des questions de genre avec leurs enfants, et les pairs sont plus susceptibles de déformer l'information, en se racontant des informations sur "ça" comme un "téléphone contaminé". La télévision, y compris la publicité, présente les relations entre les sexes d'une manière très partiale, et tout adolescent sera profondément déçu de l'organisation physique et physiologique de son corps s'il se compare aux images proposées à la télévision. L'internet est une opportunité d'obtenir des informations confidentielles, sans peur, précises et ouvertes sur des questions qui concernent des milliers d'adolescents entrant dans la puberté. Et ce n'est là qu'un aspect de l'espace d'information de l'Internet.

 

L'Internet devient une source d'information objective (selon eux) pour les adolescents, et la demande des adolescents ne porte pas seulement sur des questions traditionnellement adolescentes (sexe, drogue, rock and roll), mais aussi sur des questions fondamentalement différentes (activités cognitives et professionnelles, activisme politique, etc.

En même temps, il y a des inconvénients évidents à la pensée clichée et à l'impact de la technologie numérique en général. L'intellect, fonctionnant principalement dans l'espace numérique, se caractérise par un déclin de la capacité d'analyse, de construction d'une logique systématique de relations de cause à effet. La connaissance se révèle fragmentaire et étroitement spécifique. Une caractéristique importante de la pensée adulte - son extension, ainsi que la capacité à percevoir de longues séquences linéaires et des informations homogènes et uniformes, comme le texte d'un livre - est perdue. Par conséquent, il est difficile de traiter des informations qui sont au maximum abstraites et détachées de l'image. Dans leur analyse de la pensée technocratique, V.P. Zinchenko et E.B. Morgunov. B. Morgunov souligne que l'essentiel pour lui est "la priorité des moyens sur la fin, la fin sur le sens et les intérêts universels, le sens sur l'existence et les réalités du monde moderne, la technologie sur l'homme et ses valeurs".

Le changement de la pensée est une réalité objective qui émerge en réponse à l'accélération du rythme général de la vie, à l'augmentation de la quantité et de la variété des informations dans l'espace environnant, à la possibilité, grâce à la technologie moderne, d'exécuter simultanément diverses tâches. La société de l'information impose également des exigences aux processus mentaux, et les adolescents répondent efficacement à ce défi.

L'émergence des technologies intellectuelles a fondamentalement changé l'attitude vis-à-vis de l'information : la société est passée d'un déficit à une abondance d'informations au bord de la redondance. Cette situation entraîne inévitablement la transformation de tout le processus de développement et d'apprentissage. Ainsi, la position de l'enseignant subit des changements importants. Les adolescents ne voient plus l'enseignant comme une figure d'autorité bien informée qui possède des informations. Toutes les informations sont disponibles sur Internet et l'apprentissage est désormais axé sur le développement des compétences en matière de tri des informations et de choix de leur utilisation. La hiérarchie scolaire traditionnelle en termes de propriété de l'information est fortement ébranlée.

Mais l'autorité des parents due à la compétence technique croissante de leurs enfants ne tombe pas toujours. Les parents possèdent non seulement des connaissances, mais aussi des valeurs, qui déterminent la position d'autorité. Dans la situation où les adolescents effectuent eux-mêmes un choix des connaissances nécessaires et des sources de leur réception, et où l'expérience sociale se transforme constamment, la tâche des parents est de transmettre aux enfants des valeurs et des principes moraux.

L'une des propriétés fondamentalement importantes d'Internet d'un point de vue psychologique est sa personnification en tant que capacité d'adapter le contenu aux besoins de l'utilisateur. Cette propriété se manifeste, par exemple, dans les achats virtuels, lorsque les offres sont exclusivement orientées vers les besoins de l'acheteur. C'est là que réside la menace pour le développement. Si vous êtes prêt à n'acheter que de la musique rock, vous ne rencontrerez jamais de classiques, car l'ordinateur vous permet de limiter délibérément le choix en fonction de vos préférences. Ce paradoxe s'étend dans une certaine mesure à toutes les informations qu'un adolescent peut potentiellement obtenir sur Internet.

Questions de contrôle :


1. Qu'est-ce qui constitue la pensée abstraite ?
2. Quel est le contenu du développement cognitif au stade des opérations formelles ?
3. Quelle est la principale différence entre la phase d'opérations formelles et la phase d'opérations concrètes ?
4. Quelle est la signification du terme "pseudo-stupidité" en psychologie ?
5. Quelles caractéristiques de la pensée formelle peuvent être distinguées ?
6. Le niveau de développement intellectuel dépend-il du sexe, de l'origine ethnique et culturelle d'un adolescent ?
7. Quels sont les styles cognitifs qui se distinguent en psychologie ?
8. Quels sont les facteurs qui influencent la formation d'un style cognitif ?
9. Quelles sont les principales régularités de la socialisation de l'information à l'adolescence ?
10. Comment les formes traditionnelles d'activité évoluent-elles ? 

  • Écrit par Antoine
  • Catégorie : adolescents

Les enfants, les adolescents et les nouvelles technologies

Quand ma fille aînée a eu huit ans, elle a commencé à demander un téléphone portable. Elle pensait que ce serait "cool", et bien sûr, cela correspondait à une tendance commune chez les enfants d'aujourd'hui. Pour rester en contact les uns avec les autres, ils utilisent diverses technologies dans leur vie quotidienne, notamment les médias sociaux, les téléphones portables et les sms.

Aujourd'hui, la technologie est souvent un sujet de préoccupation dans les discussions sur les enfants. Les parents comme les professionnels sont tout aussi préoccupés par un passe-temps, au mieux, qu'une véritable dépendance, au pire. Les relations familiales en pâtissent, l'autorité parentale est mise de côté, les notes peuvent se détériorer, les objectifs de vie sont mis de côté tandis que les adolescents se concentrent sur ce qui se passe et avec qui en temps réel. Les contrôles de communication minute par minute sont pratiques et accessibles de manière séduisante grâce à la technologie mobile d'aujourd'hui. C'est sûrement la faute des progrès technologiques !

Cependant, je repense à la technologie de communication plus simple qui était disponible dans ma jeunesse... le téléphone. Je me souviens des lamentations des adultes qui craignaient que les enfants ne bavardent trop avec leurs amis, qu'ils ne restent au téléphone pendant des heures, jour et nuit, s'ils ressentaient un manque de contrôle. Mêmes sujets qu'aujourd'hui : les détails sont différents, les sujets sont les mêmes.

Je suis d'accord, la technologie était très différente à l'époque : les téléphones de ma jeunesse étaient en ligne, donc au moins vous saviez toujours où se trouvait votre enfant ! Mais à part cet avantage évident, je me souviens aussi de ma jeunesse, où l'on a défini et appliqué des restrictions et des règles pour une utilisation correcte du téléphone, afin de ne pas se laisser emporter. Il y avait une véritable "culture" de l'utilisation du téléphone pour faire en sorte que le téléphone s'intègre dans nos vies plutôt que nos vies tournent autour du téléphone ! 

Les amis n'étaient pas autorisés à appeler après 19 heures : 30 en semaine car c'était un moment de repos et de famille ;

nous n'étions pas autorisés à parler pendant les repas et on nous disait immédiatement de rappeler plus tard ou d'attendre le lendemain ; il y avait une limite au temps de parole maximum raisonnable et nous devions alors raccrocher ; on nous demandait toujours qui appelait ; nous n'étions pas autorisés à utiliser le téléphone à l'école pour contacter des amis et finalement on nous encourageait toujours à laisser le téléphone tranquille et à faire une pause dans l'interaction constante entre pairs. Les parents étaient également conscients que l'installation d'un téléphone dans la crèche était une nuisance potentielle. Avons-nous essayé de tester et de contester ces règles ? Absolument. Sommes-nous devenus grincheux, pleurons-nous ou sommes-nous parfois terriblement frustrés ? Bien sûr. Mais ces règles ont été mises en place pour réglementer l'utilisation de quelque chose qui pourrait nous enthousiasmer outre mesure.

Aujourd'hui, la technologie progresse si vite que nous n'avons pas assez de temps pour développer une culture de manipulation appropriée et saine chez les enfants et les adolescents. Malheureusement, nous voyons de nombreux exemples où les enfants ont carte blanche pour accéder à la technologie avec un minimum de supervision et sans règles ou restrictions. Nous devons nous rappeler que ces éléments nécessaires sont en place pour garantir que les enfants ne deviennent pas trop impliqués, dépendants ou impliqués dans des activités dangereuses par pure curiosité, méfait ou immaturité. Nos enfants ne sont que des enfants. Ils sont encore très immatures par nature, et beaucoup d'entre eux n'ont pas encore le sens des proportions de ce qui est bon et bon pour eux. En outre, la socialisation avec les pairs peut être surexcitante et créer une dépendance. Nos enfants ont besoin d'une pause dans le désir constant et obsessionnel d'être "au centre des choses".

Considérez cette analogie : permettriez-vous aux pairs de votre enfant d'avoir accès à votre enfant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, la possibilité de venir à toute heure du jour ou de la nuit, la possibilité d'interrompre le temps passé avec la famille, la possibilité de tirer votre enfant du sommeil, la possibilité de le distraire pendant les cours et la possibilité de s'engager, de provoquer et de protester à volonté ? Intuitivement, vous sauriez que c'est mauvais pour votre enfant et vous interviendriez éventuellement pour le protéger de cette agitation constante. Il s'agit d'un stade de développement où il est absolument nécessaire de rompre avec l'agitation pour distraire, traiter, définir leur séparation par rapport à leurs pairs, et leur séparation par rapport aux interactions complexes, fastidieuses et souvent blessantes avec eux.

Lorsque nous nous détachons des situations difficiles, nous avons la possibilité de ralentir, de nous calmer et de mieux voir ce qui est bien et ce qui est mal, ce que nous ressentons vraiment et peut-être de corriger ou d'ajuster la situation. Les dynamiques comportementales négatives chez les enfants ou les adolescents (par exemple, les insultes et les bagarres) peuvent devenir beaucoup plus prononcées, intensifiées et agressives si elles persistent sans interruption. Carte blanche dans l'utilisation de la technologie pour établir l'attachement pourrait bien aggraver la situation car il n'y a alors pas assez de temps et d'espace pour que les participants s'arrêtent, se distraient, se laissent aller, pensent à eux-mêmes, cherchent une ligne de conduite et regardent peut-être ce qui se passe avec des yeux différents.

La technologie est une chose étonnante : elle peut être utilisée pour améliorer notre vie de nombreuses façons, mais elle peut créer d'énormes problèmes pour un développement sain et une vie de famille en l'absence de règles d'utilisation, en particulier chez les enfants. À l'époque, ma fille était trop jeune pour avoir vraiment besoin d'un téléphone portable, mais lorsque nous avons décidé d'introduire cette technologie dans sa vie, nous avons essayé de fixer des règles et des limites claires. 

Y a-t-il eu des tentatives de vérification de la solidité et des discussions ? Bien sûr. Y a-t-il eu des caprices, des larmes et des frustrations ? Naturellement. Mais c'est normal... bien que la technologie change à la vitesse de la lumière, les enfants ne le font pas. Ils ont toujours les mêmes besoins de développement, le même besoin de sécurité pour grandir et le même besoin pour les adultes de gérer leurs frustrations car, en fin de compte, ce sont les adultes qui doivent "tenir la grande image" sur leurs épaules pendant que l'enfant grandit pour la voir.